Guide du rapport "Doing Business"

Découvrez l'influence du classement "Doing Business" sur les investissements étrangers.

1 Présentation

Près de 2 000 articles de la presse internationale ont établi un lien étroit entre le classement Doing Business d'un pays et le volume d'investissements directs étrangers qu'il enregistre. Ces articles, publiés après le lancement du rapport Doing Business par la Banque mondiale en 2016, établissent un parallèle entre un classement élevé Doing Business et les bénéfices qu'apportent les investissements directs étrangers, en termes de création d'emplois, de développement de nouvelles technologies et de mise en œuvre de nouveaux processus. Les données Doing Business constituent donc une référence pour de nombreux entrepreneurs souhaitant évaluer les opportunités offertes par un pays en matière de commerce.

Votre objectif

Déterminer si vous pouvez vous fier au classement Doing Business pour savoir si le climat économique d'un pays est favorable aux entreprises et s'il serait intéressant pour vous d'investir à l'étranger

2 Investissements directs étrangers et classement Doing Business

Même si les indicateurs Doing Business concernent principalement les petites et moyennes entreprises nationales, de nombreux décideurs font un parallèle entre l'amélioration observée au niveau de ces indicateurs et un niveau plus élevé d'investissements directs étrangers (IDE).

Les données Doing Business de la Banque mondiale indiquent qu'en 2011, les pays ayant obtenu un score élevé pour leurs bonnes pratiques réglementaires ont enregistré un volume considérablement plus élevé d'investissements directs étrangers que ceux situés en milieu de tableau1. Ces derniers ont à leur tour enregistré un volume plus important d'investissements directs étrangers que ceux ayant obtenu les scores les moins élevés.

Critères pris en compte par le rapport Doing Business

Les indicateurs Doing Business servent à mesurer le climat d'investissement d'un pays. Celui-ci est évalué en calculant le score de la distance de la frontière.

Le score de la distance de la frontière permet de mesurer, pour chacun des indicateurs Doing Business, l'écart entre la performance actuelle d'un pays et "la frontière" (qui correspond à la meilleure performance observée depuis 2005 sur l'ensemble des pays).

En 2011, le volume des investissements directs étrangers par habitant était plus élevé dans les pays situés près de la frontière.

3 Principaux déterminants des investissements directs étrangers

De nombreuses études cherchent à définir les principaux déterminants des investissements directs étrangers. L'une des approches utilisées consiste à classer ces déterminants dans l'une des trois catégories suivantes :

  • IDE à la recherche de marchés (motivés par la taille de l'économie et la situation géographique du pays)
  • IDE à la recherche de l'efficacité (motivés par le capital humain ou la qualité de l'infrastructure)
  • IDE axés sur la recherche de ressources (motivés par la disponibilité de ressources naturelles ou d'autres ressources stratégiques)

Ces trois catégories de déterminants ont fait l'objet de nombreuses études2. Il existe d'autres études portant sur le sujet. Nous vous en présentons les grandes lignes ci-dessous.

Le modèle de gravité

Ce modèle cherche à expliquer ce qui motive les flux d'IDE entre deux pays particuliers. Les études font référence aux principaux déterminants suivants :

  • La taille du marché
  • Les perspectives de croissance
  • La proximité par rapport à d'autres marchés importants
  • Les dotations factorielles relatives
  • L'ouverture aux échanges

Par exemple, plus le marché est grand, plus il permet de faire des économies d'échelle et, en conséquence, de pratiquer des prix compétitifs.

Les pays d'Europe centrale et de l'Est ont bénéficié d'importants investissements directs étrangers au cours de ces dernières décennies, car ils sont considérés comme des points d'accès à l'immense marché européen. Ils bénéficient également d'une population active relativement bien éduquée.

Cadre institutionnel et réglementaire

Le cadre institutionnel et réglementaire d'un pays apparaît également comme un important déterminant des investissements directs étrangers.

Une étude indique que l'indépendance du système judiciaire et un marché du travail flexible constituent des atouts importants qui favorisent les investissements directs étrangers dans certains secteurs3.

Obstacles aux investissements directs étrangers

La corruption constitue un obstacle de taille. Elle a le même effet négatif qu'un taux d'imposition élevé sur les entreprises étrangères.

Les impôts indirects créent un climat d'investissement peu attrayant. En effet, dans de nombreux pays, ils ont tendance à être plus élevés que les impôts sur les revenus encaissés à l'étranger.

Les réglementations commerciales et les procédures liées à l'implantation d'une entreprise étrangère constituent encore d'autres obstacles.

4 Principales conclusions du rapport "Doing Business"

Une étude récente portant sur quatre années de données Doing Business révèle qu'un pays est perçu comme présentant un climat d'investissement attrayant lorsque son classement Doing Business est élevé. Il enregistre alors des investissements directs étrangers nettement plus importants4.

D'autres études soulignent l'impact de la réglementation des affaires (telle qu'elle est mesurée dans le rapport Doing Business) sur les investissements directs étrangers. Par exemple, les pays présentant des réglementations plus efficaces en matière de création d'entreprises bénéficient davantage des investissements directs étrangers.

Ce que révèlent les données Doing Business

Une analyse Doing Business a été réalisée sur le rapport entre les indicateurs Doing Business et les flux d'investissements directs étrangers. Cette analyse s'est en grande partie appuyée sur le modèle utilisé dans une étude menée en 20115 portant sur le rapport entre les performances d'un pays selon les indicateurs Doing Business et le volume total des flux d'investissements directs étrangers provenant de tous les autres pays. L'étude de 2011 a tenu compte des différences au niveau des conditions macroéconomiques et de gouvernance.

La nouvelle étude s'appuie sur les scores de la "distance de la frontière" plutôt que sur le classement des économies. En effet, ces scores donnent une bonne mesure des pratiques réglementaires d'un pays par rapport à un benchmark.

L'analyse a porté sur les différences en matière d'exportation de ressources naturelles et elle a tenu compte d'un échantillon plus étendu d'économies (entre 145 et 160)6.

L'étude visait à déterminer si les scores de la distance de la frontière attribués une année avaient un impact sur le volume d'investissements directs étrangers enregistré l'année suivante.

Conclusions de la nouvelle étude

La nouvelle étude a tenu compte des différences en matière de revenus, d'inflation, de taille de la population, de mesures de gouvernance, d'ouverture aux échanges et d'exportation des matières premières.

L'étude révèle clairement un rapport très étroit entre le score de la distance de la frontière et le volume des investissements directs étrangers.

Conclusions d'autres études

Lorsque les investissements domestiques et le produit intérieur brut augmentent7, un pays a tendance à mettre en œuvre des réformes pour améliorer la qualité de l'environnement réglementaire.

5 De bonnes pratiques réglementaires créent un climat propice aux affaires

Les données Doing Business indiquent que les niveaux d'investissement directs étrangers dépendent réellement de la qualité globale des pratiques réglementaires (mesurée selon les indicateurs Doing Business). Les données reflètent le climat d'investissement général d'un pays et pas seulement des éléments à prendre en compte par les petites et moyennes entreprises.

Les données indiquent également que de manière générale, les pays présentant de bonnes pratiques réglementaires dans un domaine (par exemple, dans le domaine de la production intérieure) ont tendance à présenter de bonnes pratiques réglementaires dans d'autres domaines (par exemple, dans le secteur des investissements étrangers)8.

Des études qui comparent les indicateurs Doing Business à d'autres mesures de l'environnement réglementaire confirment cette réalité.

Par exemple, les indicateurs Doing Business et ceux du projet Investing Across Borders (qui porte spécifiquement sur les pratiques réglementaires applicables aux investissements étrangers) sont fortement corrélés. Une comparaison des deux ensembles d'indicateurs révèle une corrélation entre les scores de la distance de la frontière de 57 %.

La corrélation entre le niveau de complexité et des coûts associés à la création d'une entreprise au niveau local (tel qu'il est mesuré par le rapport Doing Business), et le niveau de complexité associée à la création au niveau local d'une société filiale d'une entreprise étrangère (tel qu'il est mesuré par le projet Investing Across Borders) est de 81 %.

Il faut compter en moyenne 26 jours et réaliser 8 procédures pour créer une entreprise locale dans les économies prises en compte par le projet Investing Across Borders, mais il faut compter en moyenne 41 jours et réaliser 10 procédures pour implanter une société étrangère dans ces pays.

Une comparaison a été effectuée entre les scores de la distance de la frontière attribués au processus de création d'une entreprise par le rapport Doing Business et ceux attribués au processus de création d'une entreprise étrangère par le projet Investing Across Borders.

Qu'est-ce que le projet Investing Across Borders ?

Lancé en 2010 par le Groupe de la Banque mondiale, le projet Investing Across Borders examine les indicateurs de réglementation des investissements directs étrangers de différents pays. Les indicateurs pris en compte dans ce guide sont basés sur les données de 87 pays publiées dans le rapport Investing Across Borders 2010, ainsi que sur celles de 5 autres pays qui n'avaient pas été incluses dans le rapport d'origine.

Conclusion

Les pays qui obtiennent des scores élevés pour les différents indicateurs Doing Business ont tendance à enregistrer un volume élevé d'investissements directs étrangers, même lorsque d'autres facteurs susceptibles d'avoir un impact sur les IDE sont pris en compte. Un environnement réglementaire sain favorise également les investissements étrangers.

6 Choisissez des pays selon la facilité d'y faire des affaires

L'outil Market Finder vous recommande les marchés où vous auriez le plus intérêt à développer votre activité. Recherchez-les en fonction du volume de recherches associé à votre catégorie de produits ou services, des enchères Google Ads moyennes recommandées (qui constituent un bon indicateur de la concurrence) et de sources de données externes (provenant de la Banque mondiale, par exemple).

Sources

  1. Les indicateurs Doing Business peuvent être regroupés de plusieurs manières afin d'obtenir différentes mesures du climat d'investissement d'un pays.

  2. Pour voir quelques exemples, consultez les études Blonigen et Piger (2011) et Hornberger, Battat et Kusek (2011).
    .

  3. Walsh et Yu (2010).

  4. Jayasuriya (2011).

  5. Jayasuriya (2011).

  6. Jayasuriya (2011) évalue l'influence du classement Doing Business sur 84 pays (ce nombre plus réduit s'explique par l'utilisation d'un panel non cylindré).

  7. Par exemple, Haidar (2012).

  8. Geginat, Gonzalez et Saltane (2012).